deutschenglishfrançaise
AA+A++

Le Rhin et ses zones ripariennes

De nombreux espaces des ramifications méandreuses du Vieux Rhin, dans le Palatinat du Sud, sont encore constitués de ripisylve intacte et bénéficient d’une protection particulière. Ces paysages alluviaux hébergent une grande variété de faune. Sur un espace restreint vivent notamment des espèces d’oiseaux qui - pour autant qu’ils existent dans d’autres contrées - n’y sont que très rares. Une multitude d’espèces de papillons, de coléoptères et de libellules ont autant trouvé refuge dans les zones ripariennes que des espèces rares de poissons, capables de survivre dans des eaux pauvres en oxygène et parfois même dans des plans d’eau brièvement asséchés.
Les ripisylves, marquées par l’alternance entre crues et périodes de sécheresse, représentent un habitat naturel absolument unique.

En leur qualité de zones d’inondation et de rétention naturelle des eaux, contribuant à un ralentissement de l’onde de crue, les ripisylves jouent un rôle écologique essentiel dans le contrôle des risques d’inondation. Lors des crues, elles remplissent en outre des fonctions épuratrices en retenant des substances organiques et minérales.
L’osier pourpre, le saule à feuilles d’argousier, le saule argenté, l’aulne blanc, le peuplier noir, le tremble et la baldingère faux-roseau sont autant de végétaux poussant directement à la lisière de l’eau.

Dans les bois riverains aux essences dures, situés un peu plus haut dans la ripisylve, croissent par exemple le chêne pédonculé, le frêne, l’orme champêtre, l’orme lisse et l’érable champêtre ; parmi les formations buissonnantes, nous découvrons entre autres l’aubépine, le prunellier, le cornouiller ou le fusain d’Europe.

La réserve naturelle Hördter Rheinaue est la deuxième plus grande réserve du Palatinat et l’une des plus anciennes du Land de Rhénanie-Palatinat.

Parallèlement à la digue des hautes eaux du Rhin s’écoule côté fleuve le « Vieux Rhin de Leimersheim », qui fait partie de la réserve naturelle et entoure le « Karlskopf ».
Cette réserve naturelle constitue un exemple impressionnant de zone riparienne naturelle ou artificialisée, aujourd’hui devenues rares dans le cours supérieur du Rhin. De nombreuses espèces d’animaux et de plantes rares ou menacées d’extinction y ont trouvé refuge tels que le machaon ou grand porte-queue (Papilio machaon), la rainette verte (Hyla arborea), le nénuphar blanc (Nymphaea alba), l’iris de Sibérie (Iris sibirica) et de nombreuses variétés d’orchidées telles que la céphalantère rouge (Cephalantera rubra). Elle abrite également les couvées du cormoran et du héron cendré.

Veuillez respecter les codes de conduite en vigueur dans les réserves naturelles.